Un pétrolier nigérian attaqué par les pirates

0
83

Des pirates ont attaqué cette semaine un pétrolier transportant du gazole automobile (AGO) près des côtes de Port Harcourt, au Nigeria, au cours d’une semaine très chargée pour les pirates dans le Golfe de Guinée.

Le pétrolier Preyor 1, battant pavillon nigérian, a signalé par radio qu’il était attaqué mercredi. Les autorités nigérianes ont été prévenues et la marine nigériane, sous la forme de NNS Jubilee, a été déployée.

Selon le Praesidium, le pétrolier a été envoyé à Ut-Ewa à Ikot Abassi avec l’aide d’un pilote pour éviter l’échouage et une rançon de 25 000 dollars a été demandée. Le rapport n’indique pas clairement si la rançon a été payée, si le navire a été libéré ou s’il a été arraisonné par des marines de la marine nigériane.

On pense que des membres de groupes locaux opérant dans la région sont responsables de l’incident. Les groupes auraient également attaqué une péniche de la Joint Task Force dans la même zone, près de l’embouchure du fleuve Opobo, lorsque trois ressortissants libanais ont été enlevés.  L’enlèvement a eu lieu quelques jours après que le groupe Akwa Ibom Avenger ait fait des déclarations menaçant les intérêts pétroliers et gaziers dans la région.

Samedi, le navire de pêche Hailufeng 11, battant pavillon chinois, a été détourné avec 18 membres d’équipage. La marine nigériane a été alertée et le patrouilleur rapide NNS Nguru a été dépêché avec un détachement de soldats du Special Boat Service (SBS) à bord.

Tous les membres d’équipage ont été relâchés sains et saufs et dix pirates présumés ont été appréhendés. Le Hailufeng 11 a été escorté jusqu’à Lagos.

Lire aussi :  Nigeria : 2 morts après le chavirement d'un bateau de transport

Dryad Global a déclaré qu’il y avait eu au moins cinq incidents survenus dans un rayon de 100 miles nautiques de la frange sud de la zone économique exclusive nigériane cette année. “L’analyse des incidents montre une augmentation des rapports dans cette zone sur une période de 3 ans, ce qui contraste avec une tendance plus large à la baisse de l’ensemble des incidents sur la même période”.

Le premier trimestre de 2020 a vu une augmentation de la piraterie dans le monde avec 47 attaques contre 38 à la même période l’année dernière, selon le Bureau maritime international (BMI).

Le nombre de membres d’équipage enlevés au large du golfe de Guinée a augmenté de 50 %, passant de 78 en 2018 à 121 en 2019, et le golfe est devenu le point chaud de la piraterie mondiale.

Selon Verisk Maplecroft, “Cette tendance se poursuivra en 2020 et en 2021, car les forces de sécurité régionales, entravées par les points chauds de sécurité sur le continent, et le manque d’équipement adéquat continuent à ne pas pouvoir lutter efficacement contre la piraterie.

“La perspective d’une assistance internationale est tout aussi éloignée, car les routes maritimes internationales évitent le golfe de Guinée. Les opérateurs régionaux de transport maritime et de pétrole et de gaz doivent s’attendre à de nouvelles perturbations des chaînes d’approvisionnement et des routes d’exportation, ainsi qu’à une augmentation des coûts, car il faudra payer davantage de rançons pour libérer les équipages”.

Lire aussi :  Bénin : le test de drépanocytose obligatoire et exigé avant le mariage

“Poussés par leur expérience des combats dans les groupes armés sécessionnistes du delta et aigris par leur manque d’accès aux richesses pétrolières qui les entourent, la région restera un réservoir abondant pour les pirates en herbe.

“Bien que les pirates n’aient pas sensiblement changé de tactique, le paiement régulier de rançons les a probablement encouragés à chercher des cibles plus attrayantes plus loin en mer, étendant leur filet vers l’extérieur”, a déclaré Verisk Maplecroft.

Cliquez pour noter cet article !
[Total: 0 Moyenne : 0]

Laissez un commentaire

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît, tapez votre nom